LE PATINAGE ARTISTIQUE

Le patinage artistique, sport où la recherche de l'élégance, le désir de plaire et l'esthétique comptent tout autant que les aspects "technique" et "athlétique".
 
Les discussions toujours passionnées sur le sujet "ART et/ou SPORT" sont de toute façon sans objet puisque le Comité Olympique International (CIO) a logiquement choisi d'inscrire d'entrée cette belle discipline au programme des premiers jeux Olympiques d'Hiver, à Chamonix, en 1924, après l'avoir antérieurement intégrée aux Jeux d'Eté en 1908 et 1920.
 
Le patinage artistique, n'a plus rien à voir aujourd'hui avec ce qu'il était au temps où il se pratiquait comme un divertissement sur des patinoires naturelles (lacs ou étangs), ni même au temps où Sonja Henie, la jolie blonde Norvégienne d'Oslo, qui devint star à Hollywood, cumulait titres mondiaux (10 titres de 1927 à 1936) et titres olympiques (3 titres : 1928-1932-1936), tout en faisant fantasmer les messieurs.
 
Au fil de son histoire, d'authentiques stars ont rayonné comme Peggy Fleming, Scott Hamilton et Brian Boitano (Etats-Unis), John Curry et Robin Cousins (Grande-Bretagne), Toller Cranston (Canada), Katarina Witt (Allemagne) et plus récemment Oksana Baïul (Ukraine), le couple Ekaterina Gordeieva-Serguei Grinkov (Russie), Michelle Kwan et Tara Lipinski (Etats-Unis), Kurt Browning et Elvis Stojko (Canada), Ilia Kulik (Russie)...
 
Le patinage français, pour sa part, est fier aussi de ses champions prestigieux Andrée et Pierre Brunet, double champions olympiques de couples (1928-1932) et quadruple champions du monde (1926-1928-1930-1932) ; Nicole HASSLER Jacqueline du BIEF, championne du monde (1952) ; Alain GILETTI et Alain CALMAT, champions du monde respectivement en 1960 et 1965 et omniprésents sur tous les podiums internationaux ; Patrick PERA, double médaillé olympique ; Surya BONALY, 5 titres européens et 3 fois vice-championne du monde, et Philippe CANDELORO, 2 fois vice-champion d’Europe, et médaillé d’argent et de bronze mondial à la fin des années 1990. La génération actuelle a néanmoins fort belle allure, bien emmenée par Brian JOUBERT, Champion du Monde 2007 et d'Europe 2007 et vainqueur de la Finale du Grand PRIX 2007. Ainsi que les danseurs Isabelle DELOBEL et Olivier SCHOENFELDER, Champions du Monde 2008 et vice-Champions d'Europe 2008.
 

PRATIQUE ET PRATIQUANTS
Le patinage artistique est un sport très complet puisqu’il améliore à la fois les qualités physiques : équilibre, coordination, souplesse et force, et la sensibilité artistique : créativité, expression, sens du rythme, interprétation… L’apprentissage du patinage prône des valeurs de travail et de persévérance.
 
La présence scénique, la résistance au stress et l’esprit « gagneur » alliés à des qualités physiques exceptionnelles et à un entraînement assidu de 4 à 5 heures par jour dès le plus jeune âge, sont les caractéristiques des champions de patinage.
 
Le patinage artistique peut être commençé à tous les âges et pratiqué à tous les niveaux, loisir ou compétition. Dans les clubs, dès l’âge de 4 ans, les "baby" peuvent commencer le patinage sous forme de jeux sur la glace. Le matériel (plots, cônes, cerceaux) aide l’enfant dans la découverte de la glisse tout en l’amusant. L’enfant va, petit à petit, apprendre les fondamentaux de la glisse sur la glace et commencer à s’exprimer sur de la musique.
 
En compétition de haut niveau, devant les juges et les spectateurs, les patineurs réalisent deux programmes : un programme « court » d’une durée de 2 minutes 50 secondes dans lequel les éléments techniques sont imposés, et un programme "libre" de 4 minutes pour les dames et 4 minutes 30 pour les messieurs et les couples, dans lequel les éléments techniques sont limités en nombre mais dont le choix est plus libre pour le patineur. Chaque programme allie des éléments techniques et chorégraphiques sur une musique dans laquelle le patineur exprime un thème et des émotions.
 
La recherche maximale de l'impartialité est en effet un souci constant dans ce sport à jugement humain - son charme, son mystère, le suspense dans le kiss n'cry à la lecture des notes techniques et en artistiques - car il a été trop souvent critiqué à la suite de combines manifestes et quelques scandales retentissants.
 
Le véritable constat est que les meilleurs gagnent 99 fois sur 100.
 

LA MATERIEL
Le patinage artistique nécessite l’utilisation de patins spécifiques :
 
- Le patin se compose de deux parties : la bottine et la lame. La bottine est en cuir (de couleur blanche ou beige pour les filles et noire pour les garçons), elle maintient la cheville au moyen de lacets et de crochets.
 
- La lame est en acier spécial très dur mais affûtable. La surface de la lame en contact avec la glace mesure environ 2 mm de large et, de chaque côté, on trouve deux carres (carre intérieure et carre extérieure) qui permettront de changer de direction et de dessiner des courbes. Au bout de la lame se situent les pointes nécessaires l’exécution de certaines figures. Les lames rouillent au contact de l’eau il faut donc bien penser à les sécher après la pratique.
 
En compétition, les patineurs portent des tenues adaptées au thème de leur programme. Les tenues ne doivent pas gêner les patineurs dans l’exécution de leur programme.
 
Pour les dames comme pour les messieurs, les tenues doivent couvrir suffisamment le corps car la nudité, au delà d’une certaine limite, est interdite et pénalisée…

Pour la pratique loisirs on conseille le port de vêtements souples, permettant de bouger facilement, prêts du corps et suffisamment chauds pour ne pas avoir froid sur la glace. Les gants sont vivement conseillés (gants de laine) ainsi que le port du casque pour les débutants.

HORAIRES 2016-2017